ATELIER SUR LES MODALITES DE LA MISE EN PLACE DES MUTUELLES COMMUNALES ET DES UNIONS DE DISTRICTS

En date du 6 au 7 juillet 2017, la PAMUSAB a organisé dans les enceintes du Grand séminaire J Paul II  un atelier  de réflexion sur les modalités de mises en place des MS communales et des unions de districts.  Dans son mot d’ouverture, le président  de la PAMUSAB a  souhaité la  bienvenue aux  acteurs et membres mutualistes présents.

C’est au tour du facilitateur de préciser que la mutualisation en Afrique a commencé à Dakar. Il faut souligner que c’est dans cette région qu’on a expérimenté le modèle des unions de district.

Le facilitateur a posé la question de savoir s’il faut se presser pour mettre en place les unions de district ou y aller doucement ?

Il a donné l’exemple de  l’UE a été créée en 1948. Mais ce  n’est qu’en 2000 qu’elle est  arrivée à la monnaie unique. C’est la  même chose que la mise en place de l’EAC. Tout le monde n’a pas la même vision des choses : le cas  du Rwanda, Ouganda et  le Kenya qui ont déjà un Passeport commun alors que le Burundi et Tanzanie  sont  toujours en attente.

Donc, la  question sera gérée par rapport  à l’évolution sociopolitique du pays  et qu’il est  difficile de déterminer la vitesse de la mise en place de  ces unions.

Au cours de cet atelier les participants ont exprimé quelques inquiétudes sur le rôle, la gestion et la conservation identitaire de  chacun. A cette question, il a été conclu que c’est par  la  volonté de chaque acteur dans la mise en place des unions que ces inquiétudes seront dissipées.

Les travaux ont continué  en groupe où les participants se sont prononcés sur  les fonctions  d’une mutuelle de santé et  de l’union des MS autour des Districts Sanitaires sur les travaux et  les étapes à franchir à court terme et moyen terme dans la mise en place des unions de district

A l’issue des échanges sur toutes les questions soulevées. Un certain nombre de points consensuels s’est dégagé.  Comme  la stratification  des responsabilités  dans la gestion des nouvelles structurations.  La professionnalisation des mutuelles   afin qu’elles soient  confiés la gestion de l’AMU dont essentiellement la collecte des cotisations.

Dans ces discussions, ils ont  aussi passé en revue les points de consensus d’harmonisation pour voir ce qui avait été adopté. Pour ce faire, tous les acteurs doivent se consulter à l’interne pour voir la stratégie de mise en place de ces mutuelles communales suivant le niveau de chacun.

Bref, à l’issu de cet de deux jours,  une feuille de route a été adoptée pour l’aboutissement de tous ces engagements. Qu’en 2021, que tous  les mutuelles soit représentées   devant  l’Etat par un seul acteur du secteur informel et rural.

Rapporteur

 SAYUMWE Gilbert Robert